Dorimène Desjardins, cofondatrice du Mouvement coopératif Desjardins, aux côtés de son époux Alphonse Desjardins

Desjardins, Dorimène 

(Lévis – Quartier Ste-Marie – lot 210-279)

Dorimène Desjardins, née le 17 mars 1858 à Sorel, a joué un rôle crucial dans l’histoire de la ville de Lévis par son implication dans la fondation du Mouvement coopératif Desjardins, aux côtés de son époux, Alphonse Desjardins. Avec sa force de caractère, son dévouement et son sens inné des affaires, elle est reconnue comme l’un des piliers de l’entreprise, et une grande partie du succès des caisses populaires lui revient.

Issue d’une famille nombreuse, elle s’installe chez sa tante et son oncle à Lévis à partir de 1866 pour réaliser ses études au couvent Notre-Dame-de-Toutes-Grâces (aujourd’hui, l’école Marcelle-Mallet). Outre l’apprentissage de l’écriture, de la lecture, des chiffres et de l’économie domestique à l’école, Dorimène semble avoir développé un talent pour les arts de la scène, notamment le théâtre et le chant. D’élogieux écrits à son sujet ont été rédigés à la suite de différentes prestations qu’elle a offertes en tant que comédienne. Celle qui portait déjà le patronyme de Desjardins à la naissance rencontre son futur époux à Lévis, et c’est en 1879 qu’ils unissent leur destin à Sorel. « L’union fait non seulement la force, mais aussi le bonheur. » Cette citation écrite par Alphonse à l’intention de sa femme pour leur mariage laisse entrevoir le puissant lien qui les unissait. Ils fondent une famille de 10 enfants.

En raison de son travail comme sténographe à Ottawa, Alphonse Desjardins se trouve loin de sa famille 4 à 6 mois par année, et c’est donc Dorimène qui doit veiller au bon fonctionnement de la maisonnée en son absence. Peu de temps après l’ouverture de la première caisse populaire à Lévis le 6 décembre 1900, elle offre de prendre en charge la gestion des affaires courantes de l’entreprise pour éviter à son mari d’engager un comptable rémunéré. Pendant toutes les années qui ont suivi, elle occupe plusieurs fonctions importantes au sein de l’entreprise, faisant même office de gérante en remplacement de son mari. En plus de contribuer activement aux activités quotidiennes de la coopérative, elle accompagne souvent son époux lors de ses voyages à Ottawa et aux États-Unis et elle lui soumet de précieux commentaires pour sa correspondance et ses allocutions importantes. Son apport était publiquement reconnu. Son nom est souvent mentionné dans différents ouvrages comme des thèses ou des journaux.

Le dévouement de Dorimène Desjardins envers sa communauté a été indéfectible. Elle a consacré sa vie à l’éducation financière des membres et à la promotion de la solidarité économique. Son implication pour diverses causes locales s’est accentuée avec le temps lorsque ses enfants ont quitté le nid familial. Après le décès de son mari en 1920, elle demeure une figure d’autorité morale au sein du Mouvement et elle conserve un grand pouvoir d’influence. Elle s’éteint le 4 mars 1932, à Lévis. Plusieurs lui reconnaissent le titre de cofondatrice des caisses populaires. « Sans elle, reconnaissons-le, les caisses populaires Desjardins n’existeraient probablement pas », a-t-on pu lire dans le quotidien L’Action catholique lors de son décès.

Maison familiale de Dorimène et Alphonse Desjardins


Références : 
Mouvement Desjardins
Wikipedia
Dictionnaire biographique du Canada
YouTube –  Dorimène Desjardins. Le parcours d’une pionnière de la coopération
YouTube – Divine influence: Alphonse et Dorimène Desjardins
YouTube – NOS GÉANTS | Dorimène Desjardins
YouTube – Dorimène et Alphonse Desjardins et les artisans d’une économie au service de la nation

Nous remercions la Société de généalogie de Lévis et la Société d’histoire de Lévis de nous avoir partagé leurs recherches et donné accès à leurs documentation.

Le parcours Empreintes est une réalisation de Mont-Marie, corporation de cimetière. Aidez-nous à aménager des espaces agréables et paisibles