Entité distincte à but non lucratif, au service de ses fabriques membres, la Corporation du cimetière Mont-Marie a pour objectif de servir la collectivité en assurant, dans le respect des traditions et des croyances de chacun, la préparation et la garde des dépouilles qui lui sont confiées.

Les cimetières de paroisses

Lévis et Lauzon

La première sépulture paroissiale de la rive sud de Québec eut lieu en 1673 dans la paroisse St-Joseph de Lauzon de la Seigneurie de Lauzon, au lieu nommé Pointe de Lévy. Le cimetière occupait alors les terrains situés derrière et du côté nord de l'église elle-même, et fut le lieu de sépulture de près de 16 000 défunts pendant plus de 200 ans. De nombreux indiens convertis y ont été inhumés, notamment des Malécites (ou Etchemins), Abénakis, Micmacs, Montagnais et Iroquois, ainsi que des personnes de couleur. Selon une coutume française, certains notables de la paroisse étaient inhumés dans la crypte même de l'église.

La première sépulture de la nouvelle paroisse de Notre-Dame de la Victoire, fondée en 1850, eut lieu en 1851 dans un cimetière alors situé sur la rue St-Georges, près de l'ancien Monastère de la Visitation. Ici aussi, la crypte de l'église servait à l'inhumation des notables et des bourgeois importants.

Dans les années 1874-1875, la Fabrique St-Joseph de Lauzon obtient un terrain du département de la milice correspondant à l'actuelle section Lauzon (02) de notre cimetière. Le nouveau cimetière fut béni le 24 juin 1875; dans le quartier Sacré-Cœur (06), une statue de Saint Joseph ainsi qu'une plaque commémorative en font foi. Peu après, tous les corps auparavant inhumés près de l'église St-Joseph ont été relocalisés au nouveau cimetière, dans un espace spécifique orné d'une statue de Sainte Anne érigée en hommage à tous les défunts de 1673 à 1875 (actuel quartier Ste-Anne (10)).

Quelques années plus tard, soit en 1887, la paroisse Notre-Dame acquiert un terrain tout près du nouveau cimetière de Lauzon et s'occupe d'y relocaliser les quelques 4400 défunts qui ont été inhumés sur la rue St-Georges pendant près d'un quart de siècle. Le nouveau cimetière fut béni le 27 juin 1887. En 1888 est inaugurée la nouvelle avenue Mont-Marie, du nom de la montagne où se situe le cimetière et qui donnera par ailleurs son nom au cimetière lui-même. 

Les résidents des paroisses Christ-Roi, fondée en 1927, et Ste-Jeanne-d'Arc, fondée en 1929, ont tous été inhumés au cimetière Mont-Marie, section Lévis (01). Il semble que le quartier Desjardins (13) fut érigé en partie à leur intention. Quant aux résidents de la paroisse Ste-Bernadette-Soubirous, fondée en 1943, ses résidents étaient généralement inhumés au cimetière de Lauzon (02). Toutes ces paroisses font maintenant partie de la paroisse St-Joseph-de-Lévis.

Bienville

La desserte Saint Antoine de Bienville fut créée en 1895. La paroisse fut mise sous le patronage de St-Antoine de Padoue en l'honneur de monsieur Antoine Gauvreau, ancien curé de Notre-Dame-de-la-Victoire et considéré comme le fondateur de Bienville. Le nom Bienville rappelle le souvenir de Jean-Baptiste Lemoyne de Bienville, frère et compagnon d'armes de d'Iberville.

Le premier paroissien de Bienville, décédé en octobre 1896, fut inhumé au cimetière Mont-Marie. 

Le décret d'érection canonique de la paroisse fut signé le 25 août 1911. La paroisse achète alors du curé et d'un paroissien des terrains lui permettant d'ouvrir son propre cimetière sur la rue Mont-Marie, tout près du cimetière existant. Entre les deux cimetières, il reste un terrain privé et une bande de 210 pieds appartenant à la paroisse.

Le nouveau cimetière fut béni le 1er octobre 1916 et fut nommé Val-Sainte. La chapelle dédiée à Notre-Dame de Mont-Ligeon fut bénie le même jour, et le chemin de croix le 5 novembre 1916. 

En 1967, la paroisse achète le dernier terrain séparant le cimetière de Val-Sainte du cimetière Mont-Marie. En 1972, le chemin de croix fut démoli car il demandait un coût de réparation trop élevé. 

En juin 1990, la Corporation et la Fabrique s'entendent pour permettre l'utilisation d'une partie du terrain libre pour la construction du premier Mausolée - Columbarium de la rive sud de Québec. Le cimetière de Bienville s'est joint à la Corporation en 1991 et la paroisse fait maintenant partie de la paroisse St-Joseph-de-Lévis. 

SOURCE: Gilbert Samson, Bienville 1896 - 1996: Cent ans d'histoire

St-David

La paroisse St-David de l'Auberivière fut fondée en 1875 et la première inhumation en son cimetière eut lieu 2 ans plus tard, le 31 octobre 1877. Le cimetière de St-David s'est joint à la Corporation en 1992, et la paroisse St-David fait maintenant partie de la paroisse St-Joseph-de-Lévis.

St-Romuald

Dans les années 1780 débutèrent les démarches des habitants de l'ouest de la paroisse Saint-Joseph de Lauzon pour permettre la création d'une nouvelle paroisse. En 1830, Etchemin fut détaché de la paroisse Saint-Joseph pour faire partie de la paroisse Saint-Jean-Chrysostome créée deux ans plus tôt, à laquelle il restera annexé jusqu'en 1853.

La paroisse St-Romuald d'Etchemin fut fondée le 18 novembre 1853. À partir de 1855, les défunts de la paroisse furent inhumés sur un terrain situé du côté est de la rue, terrain cédé plus tard au couvent Notre-Dame (aujourd'hui l'école Notre-Dame d'Etchemin). Le nouveau cimetière plus au sud fut inauguré en 1871 sur le terrain actuel du secteur St-Romuald (06).

Le cimetière de St-Romuald s'est joint à la Corporation en 1994 et la paroisse fait maintenant partie de la paroisse St-Jean-L'Évangéliste.

Pintendre

À partir des années 1830, une série de requêtes ont été adressées aux évêques de Québec pour l'obtention d'une paroisse. En janvier 1899, 56 signataires ont signé une requête demandant de créer une nouvelle paroisse au sud de Lévis, malgré certaines oppositions des paroissiens eux-mêmes. En avril de la même année, une résidente cède un terrain pour doter cette communauté d'une église. Le 24 juillet, la desserte est enfin créée. Le 22 octobre, le syndic de la Fabrique achète un terrain pour y ériger un cimetière.

Le 27 mars 1900, l'archevêque de Québec signe le décret canonique qui baptise cette nouvelle communauté St-Louis-de-Gonzague-de-Pintendre. Le nom de Pintendre rappellerait une forêt ou un important boisé ayant subi un incendie majeur et qui aurait ensuite donné naissance à la Plée Bleue, située entre St-Charles de Bellechasse et Pintendre.

En 1915, le cimetière a besoin d'être égoutté, divisé et doté d'une clôture, ce qui sera fait. Entre 1963 et 1967, le cimetière ayant toujours des problèmes d'égouttement, il fut rehaussé de 4 pieds de terre soutenue par des murets d'interbloc, et les monuments replacés. En 1976, les marguilliers adoptent une proposition pour la construction d'un charnier.

Ce cimetière s'est joint à la Corporation en 2012 et la paroisse de Pintendre fait maintenant partie intégrante de la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis.

SOURCE: Pintendre 1900 - 2000: Un siècle d'histoire

Charny - Breakeyville - St-Lambert

Ces trois cimetières font maintenant partie de la Corporation et leurs paroisses font maintenant partie de la paroisse St-Jean-L'Évangéliste.

 

L'arrivée de la Corporation

C'est en 1973 que les fabriques des paroisses Notre-Dame, Sainte-Jeanne d'Arc et Christ-Roi de Lévis s'uniront pour fonder, sous l'autorité de l'évêque de Québec et avec des gens d'envergure qui envisageaient cela comme une grande entité autonome et auto-suffisante, la Corporation du cimetière Mont-Marie. Trois ans plus tard, se joindront à la Corporation les fabriques de Saint-Joseph de Lauzon et Sainte-Bernadette. D'autres paroisses se sont ajoutées au fil des ans: Saint-Antoine de Bienville et Saint-David en 1991 et 1992, Saint-Romuald en 1994, Saint-Louis-de-Pintendre en 2012 et plus récemment, Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours-de-Charny, Sainte-Hélène-de-Breakeyville et Saint-Lambert-de-Lauzon en 2017. Aujourd'hui, toutes ces fabriques ont été refondues en deux principales : St-Joseph-de-Lévis et St-Jean-L'Évangéliste.

L’incinération étant un mode de disposition de plus en plus apprécié des québécois, la Corporation a dû en tenir compte dans son plan de pérennité des cimetières. C’est pourquoi elle a fait construire en 1991 un premier mausolée – columbarium sur un terrain situé entre le secteur de Bienville (03) et celui de Lévis (01). Ce bâtiment comportant au départ 230 enfeus et 456 niches, fut bientôt suivi par la construction de bureaux fonctionnels, la Corporation opérant auparavant dans des locaux fournis par la paroisse Notre-Dame, au sous-sol de l’église.

Suite à l’adhésion de la fabrique St-Romuald, la Corporation a entamé des procédures lui permettant d’acquérir une portion de terrain adjacent au cimetière, ce qui lui a permis de construire en 2002, pour le plus grand bénéfice des paroissiens du secteur, un mausolée – columbarium comportant 650 niches et 30 enfeus, un bureau administratif ainsi qu'une chambre réfrigérée pour les défunts de l'hiver. En 2002 fut également érigé le premier columbarium extérieur de la Corporation, au secteur St-David (04). En 2008, la Corporation a acquis une deuxième portion de terrain appartenant à la Fabrique de St-Romuald dans le but d’agrandir la portion cimetière du secteur St-Romuald (06).

En 2010, la Corporation a ajouté à ses installations deux nouveaux columbariums extérieurs, le columbarium Sacré-Cœur (secteur Bienville (03)), et le columbarium Les Etchemins (secteur St-Romuald (06)). Dès l'adhésion en 2012 du secteur Pintendre (17), la Corporation a démontré à la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis son intérêt pour la portion de terrain de l'ancien Couvent dans le but d'offrir à ses concessionnaires un columbarium extérieur dans ce secteur, columbarium qui fut érigé en 2016. Un second columbarium extérieur a également été érigé en 2016 dans le secteur St-David (04): le Columbarium l'Auberivière. Suite à l'annexion de son cimetière, un columbarium extérieur est également disponible au secteur de Charny (08).

Une corporation tournée vers l'avenir

Photo: Louise Leblanc

Lors du sommet des aînés tenu en 1997 à Lévis, les citoyens ont demandé de mettre sur pied une coopérative funéraire qui porta alors le nom de Coopérative funéraire d'Aubigny (fusionnée en 2002 avec la Coopérative funéraire du Plateau). C'est donc pour assurer avant tout la pérennité et la rentabilité du cimetière, et pour offrir ce qu'il y a de mieux aux familles des défunts que la Corporation du Cimetière Mont-Marie s'est associée à la Coopérative funéraire du Plateau, maintenant la Coopérative funéraire des Deux Rives, dans l'édification du Centre funéraire d'Aubigny.

Cet édifice, puis l'ajout d'une nouvelle partie columbarium au mausolée existant, a permis de concrétiser l'idée d'un grand complexe funéraire intégrant le siège social de la Corporation, le Centre funéraire ainsi que le mausolée - columbarium de Lévis, qui compte maintenant 2760 niches et 326 enfeus (2012).

Photo: Louise Leblanc

Grâce à ce partenariat unique au Québec, la Corporation devient de ce fait membre du plus grand réseau funéraire du Québec et peut maintenant offrir à ses concessionnaires des services funéraires complets, adaptés aux besoins de sa clientèle, et ce, sous un seul et même toit.